Le secteur Public


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qu'est-ce que nous pouvons en attendre ? Quel est son rôle ?

 

En dehors du fait que le secteur Public est le haut de l'iceberg, le reflet de la société et que sans elle, il n'est rien : Le secteur Public est le représentant de la société.

 

Comment ? :

 

Simplement permettre à la société d'être.

 

Toute communauté a besoin de règles et de garants pour concrétiser que votre liberté s'arrête ou commence celle d'autrui.

 

Donc, les institutions Publiques doivent évoluer au rythme de la société.

 

Là où ce n'est pas le cas, on ne parlera pas forcément de sécurité et ce, sans faire de politique !

 

Depuis une dizaines d'années maintenant, l'Europe et tous les états qui la compose se sont focalisés sur ce que l'on appelle la grande criminalité, afin de traiter les problème de fonds:

 

  • la traite des êtres humains
  • Les organisations terroristes
  • Les trafics de drogues
  • Les escroqueries et les organisations de types mafieuses
  • La criminalité en col blanc (délits d'initiés et abus de pouvoir)
  • La régulation de l''immigration
  • Les fraudes et usages de faux
  • La séparations des pouvoirs
  • etc...

En fait, les thèmes de fonds; les grands maux qui gangrènent la société, qui lui nuisent et qui requièrent des moyens, des statuts et une certaine forme de pouvoir pour endiguer, influer, déranger et en bref, avoir une conséquence sur le résultat.

 

L'ouverture et le partenariat avec le secteur privé, la citoyenneté, les besoins de la société sont devenus des impératifs afin d'atteindre les objectifs escomptés.

 

Cela n'empêche pas un certain décalage avec le rythme de la société privée qui doit répondre plus vite aux besoins attendus faute de quoi, la sanction radicale peut avoir raison des entreprises qui ratent le coche économiquement.

 

En revanche, les institutions publiques et les États ont un peu plus de marge pour analyser et comprendre ce qu'il se passe ou, ce qui est attendu.

 

Très philosophique comme approche, non?

 

Non, les citoyens qui perdent le sens de l'instinct et de la mesure face à un monde qui va vite, toujours plus vite, qui doit faire face à ses propres attentes de plus en plus exigeantes et ce, sans même toujours les comprendre et où, tout le monde se met à parler de tout et de rien ne facilitent pas la tâche des représentants du peuple qui gouvernent et qui doivent prendre des décisions  donnant satisfaction à toutes et tous.

 

Il y a dix mille ans, l'instinct faisait que tout danger fatal était envisagé comme la base minimale à obtenir, puis ensuite les phénomènes de confort, de communauté et l'évolution du groupe.

 

Aujourd'hui, force est de constater que la plupart d'entre nous, attend que l'on règle le fait de vivre ensemble, de prospérer et de son évolution personnelle comme étant la base minimale à avoir et ce, avant de penser à ce qui peut nous être fatal, pour notre sécurité !

 

En clair, ce n'est pas simple et ni facile de vouloir donner sa vie pour essayer d'y répondre, par le biais d'une carrière politique,  car ceux qui vous ont élut peuvent vous demander ou attendre de vous, que vous alliez contre leurs propres intérêts. (Contre leur propre sécurité)

 

L'environnement, ce dont nous avons besoin pour bénéficier d'un confort de vie, d'une dignité, d'une sérénité, qui je vous le rappelle est à la base de toute forme de vie revient au centre de nos préoccupations d'aujourd'hui, donc, celle aussi de nos représentants.

 

Pourtant, vous le constatez tous les jours, il y a du pain sur la planche.

 

Toutefeois, , l'espoir est permis quant on réalise qu'il y a une forme de conscience universelle qui envisage  et accepte potentiellement de changer les choses.

 

C'est cela l'intelligence humaine, c'est ce qui permet de ne pas attendre 20 millions d'années que physiologiquement notre espèce s'adapte à ce qu'il se passe.

 

L'organe publique est un reflet et un moyen qui témoigne où nous en sommes et dans quelle société nous vivons..

 

Concrètement, c'est lui qui complète et contribue au résultat.